Awareness University | Aurika Ursu

À LA UNE

Hello les ami-e-s,

Pour les prochaines soirées de rencontres avec UNI À GEANÈVE, j’aimerais constituer une troupe pour la partie spectacle.

Est-ce qu’il y a parmi vous des amateurs qui veulent dégager du temps à investir pour :

– Des sketches humoristiques

– Une pièce de théâtre,

– Composer ensemble une chanson et chanter

– Danser une chorégraphie

– Autres

Avec amour

Aurika

Genève le, 11 janvier 2022

*************

Dans ma vie, je ne suis pas forcement adepte à faire des résolutions et accomplir a tout prix des objectifs en mode performance. C’est une dynamique qui génère beaucoup de tensions en moi.
Mais j’aime et j’apprécie d’avoir la destination et la direction. J’aime aussi avoir l’image des autoroutes prédéfinies sur lesquelles il me reste juste à avancer et suivre mes envies selon les inspirations et les connexions les plus fortes dont la vie me fait cadeau.
Cette année, j’ai envie de continuer d’honorer certaines parties en moi, parfois réveiller ou même en renaître certaines :
La femme sacrée et la licorne en moi, la coach brillantissime par mon imperfection, la thérapeute que j’appelle – la magicienne, la formatrice authentique que je prétends être, l’organisatrice inspirée, comme aussi l’entrepreneuse engagée, autant que la poétesse remplie de sagesse, la danseuse sacrée et envoutante, la femme fatale …, l’éternelle amoureuse et romantique si vulnérable en moi, l’amie profonde que j’ai été un temps et que j’envie de faire exister, comme la créative connectée qui cuisine et cRusine … en me rappelant à chaque fois, que je ne suis pas tout cela mais juste le véhicule.
Voici quelques élans de mon cœur en ce jour pour cette année 2022, qui s’annonce remplie de profondeurs de connexions, de transformations et de sagesse.
1. J’ai avant tout un élan de m’exprimer sur toute les formes possibilités mais surtout j’ai une grande envie d’écrire. Écrire, écrire et encore écrire… Je sens un tel besoin de m’exprimer en ce moment que je n’ai jamais senti auparavant…. Si cette inspiration persiste en moi, j’écrirais finalement un livre cette année.
2. J’ai l’élan du cœur pour créer des opportunités pour que la magie d’union opère. De rassembler nos consciences pour construire ensemble le monde dans lequel chacun veut en faire partie. Nous unir joyeusement et mettre nos consciences ensemble en apportant chacun son cube du puzzle en étant chacun lui-même le plus possible.
C’est pour cela que j’ai créé UNI À GENÈVE. Une intention d’union où les racines se nourrissent et grandissent ensemble avec de bons ingrédients, en partageant ensemble des moments de conscience, d’intelligence, de joie, d’amour avec de la bonne cuisine & crusine, dans une ambiance de cœur à cœur, de joie en poésie, théâtre, danse et chant.
3. J’ai l’ouverture du cœur plus grande que l’année dernière pour contribuer professionnellement à la hauteur de mes compétences, que ça soit en individuel ou en groupe, si possible à la hauteur de mes intentions et surtout à la capacité de mon cœur pour vibrer des moments contributifs extraordinaires et magiques de compréhension, de liberation, d’éveil, de connexion, de différents niveaux de méditation et de transcendance.
4. J’ai l’élan de réintégrer des anciennes habitudes alimentaires et thérapeutiques qui me permettent de jouir encore plus de cette existence et avoir le rapport avec mon corps comme un véritable temple pour mon âme.
5. J’ai aussi l’élan de renouveler mon appartement, rafraichir les murs et sentir le renouveau dans l’aménagement intérieure avec moins de choses, juste l’essentiel.
6. J’ai l’élan d’accueillir encore, encore et encore, accepter le mieux possible et vivre totalement les miettes d’émotions stockées dans les muscles que j’ai réprimées auparavant dans des moments de stupéfaction et d’exposer ma lumière sans craindre le jugement des autres.
Sur la même autoroute, j’ai envie de sentir écore plus profondément la peur quand elle se présente et de l’utiliser comme un carburant au service de mes valeurs quand elle veut m’envahir.
7. J’ai aussi envie de réveiller encore plus la femme sacrée en moi et me sentir plus vivante spirituellement dans les plus grandes hauteurs vibratoires féminine. Mais aussi me sentir belle, charmante et désirée. Me sentir irrésistible et attachante et aimer à nouveau. Aimer un homme. Aimer même quand l’enfant blessé en moi refait surface et renverse les situations.
Comme c’est aussi l’année de l’amoureux, j’ai envie de faire à nouveaux confiance à l’amour à deux et d’enlever toujours un peu plus les couches de souffrances qui me limite à aimer dans cette incarnation.
Je sens cette année encore plus profonde et plus intense que 2021 en aventures et connexions et en réalisations.
Mais ce sera aussi la vôtre.
Qu’avez-vous envie pour cette nouvelle année ?

Bonne Année 2022!!!

Awareness University vous souhaite une très bonne année 2022!!!

Une très bonne année 2020 !!!

Une année remplie : de joie, d’évolution, de profondeur, de réalisations et surtout une année de connexion et d’amour. N’oublions pas que « nous récoltons ce que nous semons » !!!

Semons des nouvelles possibilités, semons la joie, semons l’amour et le bien-être dans nos vies, semons des victoires qui dépendent de nous, …Et avec de l’entretiens, présence et attention nous les récolterons. 

De tout cœur, 

Aurika

Genève le, 1 janvier 2022

***

Le champ du possible est ouvert!

L’année prochaine, 

Soyons un peu plus disponibles

Et ouvrons notre cœur à tous les possibles.

Depuis le centre de l’univers. 

Le champ du possible est ouvert. 

L’ancien monde enterré, 

Commençons comme des bébés,

Une nouvelle réalité.

Marche après marche, 

Avec un OUI global interne respecté,

Mettant la vie en soi en priorité.

Affirmer son unicité est essentiel,

Pour dessiner ensemble un magnifique puzzle,

 par sa diversité.

Méditation, Formations, Engagement et Célébration,

C’est la voie de la rébellion. 

Non pas pour créer une révolution, 

Mais pour consolider l’ouverture interne de la compréhension.

La compréhension de ce que nous sommes réellement,  

Malgré la qualité du discernement,  

Nous sommes des êtres avec des aimants, 

Nous attirons à nous ce qui est le plus prépondérant.

Donnons plus de poids au vivant,  

Et c’est lui qui va être le gagnant.

Donnons plus du poids au lien et à sa conscience, 

Et c’est l’intelligence collective qui aura La grâce.

Les politiciens, les « big pharma », les illuminés

Nous ne pouvons pas les changer.

Mais nous pouvons les ignorer. 

Quand le beau, le vrai, le juste, le vivant

en soi sont respectés,

Cette référence interne est la sécurité. 

Ainsi, les lois discriminatoires 

n’ont plus d’efficacité.

Aurika Ursu 

Genève le, 29 décembre 2021

****

CHAQUE JOUR EST UN MIRACLE

Malgré le froid, 

Il y a la joie.

Margés les nouvelles lois, 

Il y a le choix.

Le choix de dire oui à la vie, 

De développer la solidarité locale, 

la permaculture … et rentrer en harmonie. 

Malgré la discrimination, 

Il y a les racines qui se solidifient en construction. 

Malgré les planètes tumultueuses, 

Il y a l’espoir d’une nouvelle société heureuse.

Une une société avec moins de médicaments, 

Mais avec une vue d’ensemble 

Et la capacité du discernement.

Nous avons la loi de l’homéostasie, 

Qui nous donne l’envie de célébrer la vie.  

La subtilité et le rafinement deviennent précieux,

Appart le lien, il n’y rien de plus prestigieux.

Le lien de qualité où il y a l’étoile de la conscience,

Qui transcende la plus grande des souffrances.  

Mais juste l’étoile, ça ne suffit pas,

Il faut un complément à cela.

Ça se rapproche des termes comme :

La compassion, La créativité et Des Actions,

Et tout cela ensemble en fusion, 

Certains l’appellent la présence de Dieu.

Dieu, La vie, l’Univers ou l’Unité 

Dans cette présence, il y a une profonde écoute,

Et la sensation de vivre dans l’éternité, 

Quand la totalité nous envoute.

Ces moments de connexion, méritent d’être célébrés,

Car c’est la voie de la non dualité. 

Après l’enterrement de ce que nous ne sommes pas, 

Les mauvaises pensées, nos programmes erronés, les mauvais choix,

Célébrons chaque jour la naissance de soi :

Des êtres de lumières, d’amour, de lien et de partages.

Dans les profondeurs, nous sommes tous des sages.

Le prix aujourd’hui pour être soi,

C’est que parfois,

Nous devons manger et célébrer ensemble dans le froid. 

N’oublions pas, 

Que chaque jour est un miracle,

N’attendons pas Noël pour ça.

Aurika 

Genève le, 24 décembre 2021

***

SORTIR DE LA DINAMIQUE DE GUERRE 

Je me suis déjà exprimée à d’autres occasions sur le sujet mais je le reprends car c’est important.

Se lancer dans une dynamique visant à connaitre chaque détail de son ennemi pour le combattre est une dynamique de guerre, de lutte et de combat. Notre conscience est beaucoup plus évoluée aujourd’hui pour ne pas rentrer dans cette dynamique.

SORTIR DE LA DINAMIQUE DE GUERRE 

Vouloir connaître tout de son ennemi équivaut à une énergie de fascination pour l’autre, une dynamique même d’amour profond et c’est la porte ouverte à devenir comme son adversaire. Le risque dans cette dynamique, c’est de devenir comme son adversaire car on doit utiliser la même énergie, les mêmes stratégies et on doit même le surpasser dans sa capacité de ruse pour le battre. 

Et si parmi vous, vous avez des ambitions politiques, je ne suis pas un soutien en ce moment car tout le système de gouvernance doit changer. Il faudra du temps aux prochaines figures politiques pour intégrer et s’imprégner du changement.

Dans ce qui est à construire, plus rien ne sera pareil. Parmi ceux qui brillent et qui nous inspirent aujourd’hui, la plupart des lanceurs d’alerte ne sont pas des leaders avec qui construire. De grâce, ne prenez pas les lanceurs d’alerte pour des leaders. Ils ont une mission importante dans la dynamique de dénonciation, de la destruction du mal, de la résistance, mais ce ne sont pas les meilleurs pour construire le monde de demain.

Ce qui n’est plus bon de faire aujourd’hui pour moi c’est :

  • De stigmatiser les gouvernants comme des ennemis. Ils ne sont rien d’autre que des caricatures de l’ancien monde.
  • D’être dans la réactivité et d’alimenter le combat en se nourrissant en permanence de colère. On leur donne de l’énergie ! De grâce, arrêtez de montrer leurs photos même pour se moquer d’eux, arrêtez de les citer, arrêtez tout simplement de parler d’eux. Il faut qu’ils restent dans l’ombre à sombrer dans l’anonymat.

Et ma vision constructive c’est : 

  • Premièrement – commencez par voir la situation d’aujourd’hui comme un jeu. Voir la situation comme un jeu est une dynamique plus constructive que la dynamique de guerre, c’est plus facile à vivre pour entreprendre et avancer car on ne reste pas figé dans la sidération.

Dans un jeu chacun joue et développe sa performance pour son équipe, mais à la fin du match on se serre la main et même on peut prendre un verre ensemble. 

  • Deuxièmement, comprenez que cette crise n’est rien d’autre qu’un changement de cycle et que notre tâche est de tout reconstruire de zéro – nous réinventer. Ce n’est pas une crise sanitaire : c’est une crise d’évolution. Si les gouvernants veulent nous imposer une guerre, nous pouvons refuser de rentrer sur ce terrain mais plutôt choisir le terrain de la joie, de la conscience et de son évolution.

Rentrer dans leurs jeux de guerre c’est leur octroyer du pouvoir, de l’énergie et de la gloire.

Dire non ce n’est pas un combat, c’est un signe de liberté individuelle, mais il faut aussi savoir dire oui. 

  • Commençons à citer des nouveaux noms, les gens avec qui on peut construire. Car pour être vraiment libre, il faut aussi et surtout savoir dire oui – oui à la vie, oui au vivant en nous, oui à la croissance intérieure, oui au lien, oui à des projets innovants, oui aux nouveaux métiers alternatifs, oui à la permaculture…. 
  • Commençons à soutenir tous ceux avec qui on peut construire : les organisateurs, les agriculteurs locaux qui font de la permaculture, les cercle de méditation, ceux qui font des recherches sur la cuisine devenant notre médicament quotidien…- ce sont eux les piliers de demain. 

Les ennemis, il faut les choisir minutieusement, ou pas du tout car notre conscience est à mon sens assez évoluée pour ne pas créer de guerre au 21ème siècle, il faut juste ne pas aller sur les terrains de la réactivité.

Être réactif – c’est être dépendant de l’autre. Avoir de l’intelligence émotionnelle – c’est comprendre l’interdépendance. 

Genève le, 16 décembre 2021

Aurika Ursu 

****

NOUS AVONS LA TÂCHE DE NOUS RÉINVENTER!

Nous n’avons pas à nous battre à tout prix juridiquement pour garder nos emplois si la vaccination devient obligatoire dans certaines entreprises. Mais nous avons la tâche de nous réinventer.

Réinventons-nous !!!!

  • Créons des nouvelles écoles, même toutes petites pour 5 à 10 élèves.  Et apprenons à nos enfants à penser par eux-mêmes. C’est une occasion unique et ça peut même être un grand privilège si des êtres éveillés se lancent dans des formes d’éducations plus authentiques.  

En étudiant la biographie d`Osho, pour ceux qui le connaissent, toute la puissance de liberté qu’il a développée, était née déjà dans son enfance avec l’éducation authentique de sa grand-mère. Sa liberté d’être et de penser par lui-même, il l’a développée entre-autres grâce à sa grand-mère.

  • Créons des nouvelles formes d’hôpitaux, ayant une approche holistique de la santé.

Ces lieux devraient recevoir lesautrescomme des âmes en souffrance pour les aider à se reconnecter avec eux-mêmeset les accompagner à devenir de plus en plus autonomes plutôt que de les traiter comme de la marchandise à démembrer ou à anesthésier des leursémotions (même si parfois c’est utile selon les circonstances).

  • Transformons notre demeure en mini restaurant pour accueillirjusqu’à 10 personnes en préparant des délicieux plats avec des légumes du jardin.  Il est temps d’utiliser l’alimentation comme médicament. En étant connecté avec notre guérisseur intérieur ce qui n’est pas bon pour le corps finit par devenir immangeable.
  • Créons des nouvelles formes de réunions où l’on pratique la communication consciente. Les groupes où l’on pratique la méditation sont essentielles pour cela.

Être passionné, c’est important, mais le plus important c’est de faire un travail qui a du sens pour soi, celui qui utilise le plus possible l’ensemble de nos talents – un nouveau métier fait sur mesure.

Et si nous réajustons nos valeurs à la période et à la conscience actuelle, se réinventer ne peut être que contributif et en harmonie avec le courant qu’on a choisis : 1 le courant de dire oui à la vie, ou 2. le courant de la déconnexion avec la chimie qui mène vers le transhumanisme.

Se lancer dans un travail sur mesure, qui mobilise l’ensemble de nos talents, dirigé par nos valeurs actualisées à la conscience d’aujourd’hui, c’est la clef pour saisir l’ère de liberté que nous traversons comme une opportunité pour être nous-mêmes et de nous accomplir.

Pour cela il est nécessaire d’investir dans notre psychologie et dans notre bien-être. Prenez un coach ou un guide spirituel s’il le faut, mais engagez-vous profondément à vous honorer, à penser par vous-même, à vous réinventer et à vous nourrir avec la vie du moment.

Être libre c’est être soi -même.

Être soi-même, c’est honorer la vie en soi et utiliser l’ensemble de son potentiel pour avancer selon notre élan profond du cœur dans le moment présent.

Genève le, 10 décembre 2021

Aurika Ursu

Spécialiste en développement de l’identité et du leadership

Engagement à Genève pour le NOUS de la DIFFERANCE et de L’ENTERDEPENDENCE.

*******

Avoir le goût de liberté 

La liberté en tant que dynamique de combattre, de luter, de militer … dépends toujours de quelqu’un – son adversaire, son ennemi, et c’est un chemin très laborieux pour convaincre, pour gagner.., surtout dans les temps que nous traversons. Mais nous pouvons toucher et vivre la liberté avec une aspiration profonde envers elle et surtout avoir un profond goût pour la déguster. 

Avoir le goût de liberté, c’est savoir écouter ses émotions, les accueillir, les vivre et les transcender. 

Avoir le goût de liberté, c’est savoir célébrer et entretenir un esprit de célébration peu importe les épreuves que nous traversons.

Avoir le goût de liberté, c’est inspirer les autres par notre fragilité ou nos actes de courage. 

Avoir le goût de liberté, c’est savoir écouter son intuition et savoir détecter en soi quand un message n’est pas juste. 

Avoir le goût de liberté ce n’est pas le chaos avec le non respect des règles, et ce n’est pas marcher sur la conscience des autres. NON… Mais c’est vivre le moment présent, s’inspirer de la situation qui nous entoure, puis créer et entreprendre en utilisant la liberté comme une opportunité de bâtir quelque chose de nouveau. 

Avoir le goût de liberté, c’est être soi-même, même si ça ne plait pas à certains.

Avoir le goût de liberté, c’est ne pas craindre d’être ridicule dans un moment de courage.

Avoir le goût de liberté, c’est être responsable et créateur de sa vie.

Avoir le goût de liberté, c’est synonyme d’avoir le goût du risque et se laisser porter par la vie. 

Avoir le goût de liberté c’est synonyme d’avoir le goût du risque. 

Avoir le goût de liberté, c’est digérer et transcender nos études et tous nos apprentissages et rentrer dans une intelligence plus vaste. 

Avoir le goût de liberté, c’est donner le bon carburant nutritionnel à son corps pour se sentir vivant, avec plein d’enthousiasme de jouer le jeu de la vie et apprendre chaque jour son monde d’emploi. 

Avoir le goût de liberté, c’est : 1. Savoir dire NON, 2. Savoir dire OUI et 3. Rester silencieux quand il faut se taire. 

Avoir le goût de liberté, c’est danser comme le corps a envie de danser… en totale fusion avec la musique et l’univers, où le « je » n’existe plus, juste un mouvement de l’existence.

Avoir le goût de liberté, c’est méditer et apprendre à penser par soi-même.

Avoir le goût de liberté, c’est rentrer dans un espace neutre, où il n’y a pas de choix et pas de dualité, mais juste un espace de pur conscience et d’observation.

Genève le, 14 novembre 2021

Aurika 

****

Une autre façon de manifester c’est de célébrer !

Les manifestations contre les mesures sanitaires liberticides sont importantes et utiles si on les fait évoluer sur d’autres formes. 

L’opposition collective a besoin d’ être vue aux yeux du monde!

Nous aussi nous avons besoin de voir qu’on est nombreux, de nous rencontrer pour créer des liens et laisser émerger des projets alternatifs aux mesures sanitaires. Surtout nous ouvrir a créer de nouvelles formes de vivre ensemble plus respectueuses envers notre dignité, notre individualité et notre interdépendance.

Certains d’entre vous savent que je soutiens l’évolution des manifestations pour un mode festif – carnaval.

C’est ma vision « solution » de l’évolution des manifestations contre les mesures sanitaires, pour sortir des terrains de déchargement émotionnel, … guerre, … lutte et combats et passer vers d’autres terrains d’opposition plus constructifs et engagés.

Notre position, la vibration de nos émotions, l’intention de nos paroles, nos actions, les noms que nous citons, la direction que nous montrons… sont créatrices et il faut en prendre conscience et la responsabilité. 

L’optique de la festivité pour les manifestations est évolutive pour s’ouvrir et vivre d’autres espaces de liberté, l’ intégrer et l’exprimer pendant les manifs.

Il faut dire NON aux mesures sanitaires infondés, c’est important, c’est une partie de la liberté, mais il est temps de dire OUI aussi. Les OuiS pour moi ne peuvent pas être autres que ceux : du bons sens, du lien, de la liberté intérieure, celui de l’honneur au Vivant et le OUI à la Vie en la célébrant.

Utilisons la colère, la peur, l’incertitude, … de toute l’injustice, de la discrimination et le dénigrement que le gouvernement nous impose, pour les tourner à notre avantage, en illustrant et incarnant des symboles : de liberté, du vivant, de la santé et de la joie. 

Il est important à mes yeux que ça soit participatif et créatif pour tout le monde. Que chacun apporte sa graine de liberté en faisant quelque chose de beau constructif et inspirant ensemble – une manif parade festive.

Je n’encourage pas forcement les masques carnaval qui cachent le visage. Si quelqu’un a trop envie… pourquoi pas. Mon message n’est pas de se cacher derrière des masques, mais révéler des aspects créatifs de nous pour incarner la liberté. 

Mon invitation, c’est que chacun Illustre par un costume , une pancarte… des symboles importants à ses yeux de liberté, de joie et de santé. Mais aussi, des idées constructrices, des actions, des messages d’espoir, des solutions santé … Incarner sa liberté, sa vitalité, sa joie et célébrer la vie en gratitude de ce que nous saisons comme opportunité dans cette crise – c’est cela mon raisonnement pour l’évolution des manifestations contre les mesures sanitaires.

Je sais que c’est difficile de concevoir la célébration quand il y a autant de mensonges, de censure, d’injustice et de discrimination… L’énergie est très tendue en ce moment avant les votations… 

En même temps, c’est une solution évolutive très impactante à mes yeux. Par le nombre, si nous sommes des milliers, l’opposition est visible. Si nous nous plaçons sur d’autres terrains que ceux du déchargement émotionnel, de la révolte… même si elles sont ultra légitimes, une manif en forme de parade carnaval, c’est quelque chose de beau et inspirant. 

La colère on peut la décharger dans la forêt, casser des assiettes, travailler avec un thérapeute… mais ce n’est plus utile de la ressasser et de se nourrir d’elle en public car c’est sans fin… C’est en plus un peu contreproductif pour avancer et créer d’autres projets alternatifs et d’autre formes de vivre ensemble. 

L’injustice on le vit car on n’accepte pas que l’adversaire ne veut pas changer d’avis et de direction (transhumanisme), tout comme nous, nous ne voulons pas changer d’avis et de direction (oui à la vie). La communication pour l’instant est impossible et nos messages sont inaudibles pour le gouvernement. 

Je pense que le jour où nous allons démontrer qu’on n’a pas besoin d’eux, qu’on est heureux, qu’on est arrivé à être plus autonomes, qu’on s’est développé, qu’on est plus heureux…. la communication va de nouveaux se rétablir et on sera de nouveau réunis. C’est ce que je pense profondément.

Incarner la liberté par un beau costume créatif carnavalesque, chanter la liberté, danser la liberté, se prononcer pour un discours visionnaire qui donne de l’espoir … Tous cela incarne quelque chose de beau, d’inspirant et symbolique à la santé, à la liberté et à l’espoir.

Cette dynamique de manifestations non seulement nous fait vivre des moments forts de liberté (Non /Oui), des moments inoubliables de joie et de lien constructif avec les autres, mais en plus, ça préserve notre dignité en ne rentrant pas dans une opposition marionnettiste réactionnelle de ce que le gouvernement décide. Mais une opposition par les choix que nous faisons. 

Il est temps de choisir de dire oui à la vie dans tout le sens du terme…, de le vivre dans nos cellules et de le manifester (incarner) aux futures manifs. 

Commençons par la célébration qui est le plus simple et naturelle (en principe), tout le monde sait célébrer…(?). Chacun célébrer à sa manière aussi… Quelqu’un s’habille en un costume d’un roi car c’est son kiffe d’incarner cela, quelqu’un s’habille en légume ou un costume de légumes pour symboliser sa ferme bio locale…. L’important c’est d’incarner sa liberté et de célébrer, se sont aussi des clefs pour une vie « heureuse » – apprendre à se sentir libre en toute circonstances et avoir un esprit célébrant peu importe les épreuves qu’on traverse.

Selon moi, les vrais rôles des manifestations d’aujourd’hui contre les mesures sanitaires sont : 

  1. D`attirer l’attention pour être vu et montrer au monde qu’on est nombreux à ne pas être d’accord avec les décisions liberticides du gouvernement. 
  2. De nous rencontrer entre nous, vibrer positivement ensemble, créer des liens, laisser émerger des projets et solutions pour un futur plus respectueux de la vie et de l’évolution individuelle. 
  3. Dire OUI à la Vie en gratitude envers elle en la célébrant, incarner la joie de vivre et montrer qui nous sommes véritablement : des êtres dignes, libres, créatifs et autonomes. Autonomes mais interdépendants. 

Aurika Ursu 

Coach, thérapeute et formatrice 

Spécialiste en développement de l’identité et du leadership

Engagement à Genève pour le NOUS de la Différence et de L’Interdépendance 

Genève le, 27 octobre 2021